Conciliation familiale

dessin-conciliation-familiale-2016-min
La conciliation familiale, un véritable enjeu de société
  • Chacun sait combien un litige peut avoir des conséquences désastreuses coûteuses et parfois irrémédiables. A travers une procédure usante, fatigante et souvent  destructrice, le divorce laisse pour réel héritage une trace d’amertume et des séquelles perturbantes pour les enfants, qui se trouvent au centre de cette séparation. L’implication des enfants est indirectement liée, selon la responsabilité, l’intelligence et le bon sens des parents à dépasser leur conflit en présence de leur (s) enfant (s).
    Pourtant, beaucoup de conflits familiaux trouveraient une solution satisfaisante pour l’enfant grâce à une alternative pacifique et constructive.
  • Le nombre de parents qui se séparent à l’amiable progresse chaque année. Les résultats concernant l’enfant prouvent  que cela va dans son intérêt personnel et éducatif, ainsi que dans l’intérêt des parents, en somme dans l’intérêt général. Les parents prouvent par leur démarche un amour sans faille pour leur (s) enfant (s) en dépassant le stade affectif.
Le rôle du conciliateur familial ne consiste pas à juger.
  • L’impartialité devient la garantie du processus de conciliation. Il facilite également le dialogue des parents synthétisant, en finalité, des compromis  dans l’objectif de satisfaire les besoins des enfants. Il est là, afin de trouver une issue et une entente satisfaisante et suffisante pour l’une et l’autre partie dans l’intérêt premier de l’enfant, en mettant en lumière ce que les parents souhaitent ou ne souhaitent pas concernant l’éducation de leurs enfants. Il s’agit de définir avec les responsables leurs besoins et souhaits.
    L’intervention d’une tierce personne  pour tenter de dénouer la situation conflictuelle des parents et l’objectiver, favorise souvent le règlement de la situation grâce à une autre vision du dialogue et de la communication.
    Le conciliateur intervient simplement dans la problématique des parents, qui conduit vers un raisonnement responsable pour construire une démarche de conciliation pacifique, consensuelle et positive, explicitant le rôle des parents séparés pour leurs enfants.
    Le conciliateur familial recherche les solutions équitables et adaptées pour l’enfant.  La conciliation nécessite que les deux parties aient été entendues, le conciliateur doit avoir pris contact avec les deux parents. La conciliation va permettre de remplir l’accord de conciliation familiale présenté. Plusieurs réunions peuvent être nécessaires. Le conciliateur peut se déplacer.
La conciliation se doit d’être la plus rapide possible et de ce fait, de préférence au début de la séparation…
  • Le juge valide la décision au vu de l’examen minutieux de la conciliation familiale dans l’intérêt supérieur de l’enfant.
    La conciliation permet de trouver un accord entre les parties qui aboutira à la rédaction d’un procès-verbal de conciliation familiale qui sera signé par les deux parents, indépendamment ou ensemble.
    La conciliation familiale  relève d’une démarche de conscience saine et volontaire.
    La procédure prend fin avec le respect par chacun des termes de la conciliation. La conciliation est transmise par les parents ou par ICI au juge d’instance pour validation.
  • Pour information, l’article 373-2-7 ( crée par la Loi n°2002-305 du 4 mars 2002-art.5 JORF 5 mars 2002) prévoit que « les parents peuvent saisir le juge aux affaires familiales afin de faire homologuer la convention par laquelle ils organisent les modalités d’exercice de l’autorité parentale et fixent la contribution à l’entretien et à l’éducation de l’enfant.Le juge homologue la convention sauf s’il constate qu’elle ne préserve pas suffisamment l’intérêt de l’enfant ou que le consentement des parents n’a pas été donné librement. »(source : Légifrance)

Pour plus d’informations et si vous souhaitez réaliser une conciliation familiale :
Téléphone : 06 79 21 80 75 ou i.c.i@live.fr

Print Friendly